Test d'efficacité des répulsifs

Test d'efficacité des répulsifs

L'efficacité des répulsifs revêt une grande importance sanitaire. Elle est influencée par les personnes participant aux tests, par l'espèce et l’âge des insectes, la température, l'humidité ainsi que par différents facteurs. Pour générer des résultats comparables, des lignes directrices pour les tests ont été développées afin que les pouvoirs publics et l'OMS évaluent les répulsifs.

Directives 

Différentes directives sont listées dans le tableau ci-dessous. 

Table 1: Directives internationales sur le test de produits répulsifs personnels

EditeurNom de la directiveLien internet
OPPTS, US EPA810.3700 Produits insectifuges pour la peau humaine et le plein airhttp://www.epa.gov/ocspp/pubs/frs/home/draftguidelines.htm
WHOOMS/HTM/NTD/WHOPES/2009.4 Directives sur les tests d'efficacité des insectifuges destinés à la peau humainehttp://whqlibdoc.who.int/hq/2009/WHO_HTM_NTD_WHOPES_2009.4_eng.pdf
COMMISSION EUROPÉENNENotes techniques d'orientation : Insecticides, acaricides, produits destinés à la maîtrise d'autres arthropodes (PT 18), répulsifs et produits attirants (concerne uniquement les arthropodes) (PT 19). Ebauche du document d'orientation destiné à remplacer une partie des annexes du chapitre 7 (pages 187 à 200) des TNsG sur l'évaluation des produits.http://ec.europa.eu/environment/biocides/pdf/guidance_efficacy_pt18_19.pdf
SABSBureau sud-africain de normalisation : Pesticides - Évaluation biologique de l'efficacité des insectifuges - Première révisionwww.sabs.co.za
 

Comparaison de la performance des insectifuges

Les directives des tests susmentionnées sont d'excellents outils scientifiques pour comparer les produits insectifuges. Afin de comparer la performance des différents principes actifs, le scientifique doit respecter des règles de base scientifiques supplémentaires : 

  1. La concentration des principes actifs testés doit être identique.
  2. La matrice de formulation des deux insectifuges doit être la même. Les ingrédients des formulations influencent la performance. Si vous comparez les résultats présentés dans le dossier « Moustique », vous observez qu'une lotion à 10 % d'IR3535® présente le même taux d’efficacité que le spray à 20 % d'IR3535®.

La performance des insectifuges varie selon les espèces d'insectes testées.  

Nous avons recueilli les données des tests avec l'IR3535® effectués avec des espèces de moustiques dangereuses pour la santé (aèdes, culex et anophèles), et avec les tiques. 

Téléchargement (PDF) – Résumé de l'efficacité de l'IR3535®

 

Tests avec des moustiques et des mouches

Les tests contre les moustiques et les mouches se déroulent sur le terrain ou dans des cages à moustiques. On introduit le bras dans ces dernières pour l'exposer aux piqûres potentielles. Pour effectuer les tests en cage, les scientifiques doivent assurer la reproduction des moustiques ou des mouches. Très souvent, seules les femelles sont choisies pour effectuer les tests et sont utilisées en très grand nombre (parfois 300). Par conséquent, les durées de protection mesurées lors de tests en cage tendent à être inférieures aux résultats des tests de terrain. Les directives recommandent les espèces de moustiques connues pour transmettre des maladies. Les espèces incluent les aèdes, culex et anophèles.  
Les tests en cage sont la seule méthode pratiquement dénuée de risque de transmission de maladie. En revanche, les essais de terrain doivent être accomplis avec des volontaires très expérimentés. En dépit de leurs risques, les tests sur le terrain ont une grande valeur scientifique et une grande importance du fait de leur réalisme. Les tests commencent lorsque le scientifique prouve que les femelles du moustique ou de la mouche présentent une haute disposition à piquer. Il faut par conséquent un ou deux volontaires pour exposer une surface cutanée non protégée (bras ou jambe). Pendant le test en cage, il arrive que 10 piqûres soient mesurées en 30 secondes. Cette valeur est appelée « pression de piqûre ». La « pression de piqûre » sur une partie de la peau non protégée et la Durée de Protection Complète (DPC) de la peau traitée avec un répulsif sont déterminées pendant le test.  Le DPC est la durée, en heures, au terme de laquelle la première piqûre de moustique a lieu une fois qu'une seconde piqûre a été confirmée. Tester les répulsifs n'est pas de tout repos considérant que l'exposition aux piqûres de moustiques ou de mouche peut durer de 4 à 12 heures selon des intervalles définis. Les résultats sont utilisés pour formuler les allégations d'étiquetage comme « jusqu'à 8 heures de protection » mesurées pour la formulation à l'IR3535® présentée dans le dossier « moustique ».
 

Tests avec des tiques

Les tests avec les tiques peuvent être moins éprouvants, mais la patience reste tout de même de mise. Ces tests sont accomplis dans des laboratoires d'entomologie (où travaillent les scientifiques étudiant les insectes) et les méthodes de test peuvent varier. Dans tous les cas, les scientifiques doivent contrôler la reproduction des tiques sous certaines conditions. Certains scientifiques accomplissent les essais de la manière suivante : Ils placent avec précaution des tiques du test sur des parties cutanées définies, chaque heure pendant quelques minutes, et observent leurs mouvements. Les tiques du test naviguent guidées par le dioxyde de carbone exhalé, en direction de la tête de la personne testée. La tique est par conséquent placée sur la main, le bras ou la jambe, en dessous d'une surface cutanée traitée avec le répulsif. Le scientifique répète ce test une fois par heure jusqu'à ce que la tique traverse la surface cutanée traitée avec le répulsif. La durée mesurée est appelée « Durée de Protection Complète » (DPC).